Hortithérapie

Hortithérapie

Si on adopte la définition de l’American Horticultural Therapy Association (AHTA) : « l’hortithérapie consiste à utiliser les plantes et le végétal comme médiation thérapeutique sous la direction d’un professionnel formé à cette pratique pour atteindre des objectifs précis adaptés aux besoins du participant ».

hortihérapie
Aux Etats-Unis, le « père de la psychiatrie américaine », Benjamin Rush, remarque dès le 19e siècle les effets positifs du travail au jardin pour les « aliénés » et l’hortithérapie s’enseigne à l’université à partir des années 1950.

 

En France, on est plus frileux pour utiliser ce terme, faute pour l’instant de formations certifiantes et de reconnaissance de cette approche. Dans son livre « Jardins thérapeutiques et hortithérapie » (Dunod, 2017), Jérôme Pellissier propose de parler d’hortithérapies au pluriel pour reconnaître la variété des approches nourries de pratiques venues de champs différents.

Désireux de donner une définition simple de l’hortithérapie, il propose celle-ci :

hortithérapie« L’utilisation, s’inscrivant dans la durée, du jardin, du jardinage et des relations avec la nature, en vue d’améliorer son état (pourrait-on dire son être-à-soi, son être-aux-autres, son être-au-monde ?) et sa santé (incluant donc les dimensions bien-être, équilibre, capacité à prendre-soin de soi,…) avec l’aide d’un ou de plusieurs professionnels qualifiés (ayant donc les connaissances et la capacité pour). »